22 Janvier 2018 – Patch handicapant pour les processeurs AMD

Après que Microsoft ait livré son correctif en urgence pour patcher la faille Meltdown sous Windows 10, certains PC équipés de puces AMD n’était plus en état de démarrer. L’éditeur a revu sa copie en urgence pour débloquer la situation.

Les premiers dysfonctionnements avec les systèmes tournant avec des puces AMD se sont manifestés autour du 9 janvier.

Alors que les processeurs d’AMD ne sont pas affectés par la faille Meltdown, les correctifs livrés en urgence par Microsoft pour protéger ces systèmes des éventuels exploits Meltdown et Spectre ont eu pour effet de bloquer les puces du fabricant américain AMD.

Microsoft a livré des correctifs spécifiques pour ces systèmes. Celui-ci peut-être déployé via Windows Update ou téléchargé manuellement. Depuis la découverte des failles Spectre et Meltdown, il a fallu environ six mois de travail discret aux éditeurs pour mettre au point des mesures d’atténuation. Mais les correctifs eux-mêmes ont aussi posé quelques problèmes.

Gartner : Les entreprises devraient-elles exiger 2 ans de support Windows 10 ?

Selon deux analystes de Gartner Research, les entreprises devraient faire pression sur Microsoft pour que la durée du support de Windows 10 soit fixée à 24 mois. L’éditeur, qui a étendu plusieurs fois la durée d’assistance pour certaine des versions de son OS, a récemment annoncé que ce genre de service sera désormais payant.

Il y a plus d’un an, Microsoft a proposé un calendrier de mises à niveau des fonctionnalités de Windows 10 deux fois par an, promettant de les prendre chacune en charge pendant 18 mois. Par exemple, une mise à jour publiée en septembre 2017 devait bénéficier de patches de sécurité et autres corrections de bugs jusqu’en mars 2019.

Windows 10 Timeline

Windows 10 Timeline permet de suivre quels documents et pages web sur lesquels vous avez travaillé au cours des dernières semaines. Ceci en les organisant dans une collection de documents que vous pouvez ouvrir rapidement et reprendre votre travail où vous l’aviez laissé.

La principale raison de l’ajout de Timeline à Task View est que peu d’utilisateurs se servaient de cette fonctionnalité. Mais cette dernière n’a pas disparue pour autant. Quand vous ouvrez Timeline, les fenêtres actuellement ouvertes sur votre écran apparaîtront toujours.

Windows présuppose que vous souhaitiez activer Timeline. Si vous ne le souhaitez pas, ou si vous souhaitez gérer la façon dont Microsoft utilise vos informations, allez dans les Paramètres > Confidentialité > Historique des activités. Là, vous aurez deux options à cocher ou décocher : Laisser Windows collecter mes activités à partir de ce PC et Laisser Windows synchroniser mes activités de ce PC dans le cloud.

Windows présuppose que vous souhaitiez activer Timeline. Si vous ne le souhaitez pas, ou si vous souhaitez gérer la façon dont Microsoft utilise vos informations, allez dans les Paramètres > Confidentialité > Historique des activités. Là, vous aurez deux options à cocher ou décocher : Laisser Windows collecter mes activités à partir de ce PC et Laisser Windows synchroniser mes activités de ce PC dans le cloud.

67 Failles de sécurité comblées par Microsoft en avril

Microsoft a corrigé 67 vulnérabilités dans la plupart de ses produits incluant Windows, IE/Edge ou encore Office. Parmi elles, 24 étaient classées comme critiques.

En l’absence de correctif, un pirate aurait pu enregistrer les frappes clavier et repérer des séquences d’identifiants et/ou de mots de passe, voire commander à distance le clavier pour entrer des frappes dans des programmes. « La bibliothèque de polices (à savoir le composant Microsoft Graphics tel que dénommé dans les bulletins) contient 5 des vulnérabilités critiques.

2 avril 2018 – Windows 10 : Microsoft repousse la Spring Creators Update

La semaine dernière, Microsoft avait mis la main finale à la version RTM, et une source interne évoquait une nouvelle fois la date du 10 avril pour la disponibilité de la version stable, en même temps que le Patch Tuesday mensuel. On rappellera que la première Creators Update avait été diffusée le 11 avril 2017.

Microsoft n’a jamais confirmé officiellement cette date mais ce mardi, point de Redstone 4 dans les tuyaux. Selon Windows Central, un bug de dernière minute pouvant entraîner dans certains cas un blocage de l’ordinateur aurait été identifié. Redmond aurait préféré prendre un peu de temps pour le corriger avant d’ouvrir les vannes.Une fois le bug corrigé, vu le nombre de machines concernées, le déploiement ne se fera pas en un jour.

Il sera réalisé de manière progressive sur une période qui pourra atteindre trois mois.Après ce déploiement, Microsoft devrait assez rapidement proposer la première version de test de « Redstone 5 », en commençant par les membres de l’anneau « Skip Ahead ». Microsoft vient d’ailleurs d’ajouter plus de fonctionnalités à sa fonctionnalité de gestion Sets (gestionnaire de fenêtres) avec la dernière version de test (Build 17639) de cette prochaine version attendue cette fois à l’automne.

19 Mars 2018 – Windows Serveur 2019

Attendu mi-2018, Windows Server 2019 arrive avec plusieurs fonctions intéressantes pour prendre en charge les serveurs hyperconvergés mais également accompagner le mouvement des entreprises vers le cloud hybride.

Windows Server 19 sera disponible au cours du second semestre de l’année avec une preview accessible dès maintenant via le programme Insiders de Microsoft. La version à venir apporte de nouvelles fonctions pour les datacenters, notamment la gestion des configurations de clouds hybrides et des infrastructures hyperconvergées. Également au programme, de nouvelles fonctions de sécurité et une meilleure prise en charge des conteneurs et de Linux.

Vers le cloud hybride

Cette version 19 de Windows Server, première version majeure livrée par Microsoft depuis 2016, est très orientée vers les déploiements de cloud hybride. Le cloud computing promet une efficacité opérationnelle et l’optimisation des coûts, mais la plupart des grandes entreprises exploitent des environnements informatiques hybrides pour diverses raisons, y compris des problèmes de conformité. Lors de la conférence Ignite organisée en septembre dernier, Microsoft avait présenté Project Honolulu, une application de gestion basée sur le navigateur.

 

Une version preview déjà disponible, côté sécurité Microsoft étend la prise en charge de Linux : les VM Windows Server Shielded empêchent toute manipulation des machines virtuelles par qui que ce soit, à l’exception des administrateurs, et Windows Server 19 ajoute la prise en charge des VM Linux dans Shielded Windows. Si Windows Server 19 reprend le même modèle de licence que Windows Server 16, l’entreprise annonce néanmoins une augmentation est « très probable » des prix de Windows Server Access Licensing (CAL).

5 Mars 2018 – Windows 10 S, une version à part entière

En réponse à un journaliste de PCWorld qui faisait remarquer que Microsoft avait omis de mentionner Windows 10 S dans un récent blog dans lequel l’entreprise se félicitait du succès des périphériques Windows dans les écoles, Joe Belfiore, le vice-président corporate, Operating System Group de Windows, a expliqué dans un tweet que la version Windows 10 S autonome avait été lancée l’an dernier en partie pour offrir une version sécurisée et gérable de Windows à ces écoles.

Actuellement, les systèmes Windows 10 et Windows 10 S sont vendus séparément. Windows 10 S fonctionne uniquement avec les applications UWP, la plateforme Windows universelle, fournies par Microsoft à partir du Windows Store. Les utilisateurs de Windows 10 S peuvent également passer à Windows 10 Pro en effectuant une mise à jour via la boutique d’applications de Microsoft.

Aujourd’hui Windows 10 S est livré uniquement avec le Surface Laptop et quelques terminaux pour l’éducation. Or, certains articles récents ont avancé que Microsoft pourrait réunir Windows 10 S et Windows 10, en faisant de Windows 10 S le « mode » par défaut des futurs PC sous Windows 10.

Jusqu’à présent, Microsoft avait refusé de confirmer ces informations et n’avait pas dit à quel moment la transition aurait lieu, si jamais elle avait lieu. Le tweet posté hier soir par Joe Belfiore confirme qu’elles sont authentiques, et précise clairement à quel moment pourrait avoir lieu la transition.

Citation: « Nous utilisons Win10S comme option pour les écoles ou les entreprises qui veulent une version « sans problème » avec garantie de performance », a déclaré Joe Belfiore sur Twitter. « L’année prochaine, la version 10S sera un « mode » des versions existantes, et non une version distincte.

19 Février 2018 – La fin des mots de pour Windows 10 S ?

La version Insider Build 17093 de Windows 10 laisse apparaître plusieurs améliorations dans la gestion du GPU, l’appairage Bluetooth, la sécurité. Mais, l’un des changements majeurs pourrait bien concerner la suppression des mots de passe, du moins pour les utilisateurs de Windows 10 S.

Il y a quelques semaines, lors de la publication de la dernière build de Windows 10 S alias « Redstone 4 », il semblait que Microsoft avait dévoilé toutes les fonctionnalités à venir de la version finale. Mais l’éditeur profite encore de cette version pour faire de nouveaux ajouts.

Déjà, on avait pu constater que, au fur et à mesure des versions, Microsoft réduisait discrètement le rôle des mots de passe, en faisant passer le contrôle de l’authentification par les codes PIN, les capteurs d’empreintes digitales et même la reconnaissance faciale mais il apparaît cette fois que leur suppression complète est l’un des objectifs majeurs de la mise à jour de Windows 10 S attendue fin mars ou au début avril (on pourrait l’appeler Spring Creators Update).

 

La mise à jour Fall Creators Update de Windows 10 livrée en octobre dernier comportait déjà dans ses fonctionnalités cachées un mécanisme, encore inopérant, pour supprimer les mots de passe et les remplacer par une application d’authentification. Cette fois, l’application est bien active. Pour tous, l’authentification par mots de passe représente le moyen le plus évident de démarrer Windows.

Mais se souvenir d’un mot de passe est un peu pénible et il faut penser à le changer régulièrement. Dans Windows 10, Microsoft avait bien ajouté via Windows Hello des raccourcis pour simplifier l’opération, notamment un code PIN court ou un mode de connexion par reconnaissance faciale ou par empreinte digitale. Mais il fallait aussi un mot de passe pour les configurer.

5 Février 2018 – Désactivation du patch Spectre

Suite à la multiplication des problèmes de redémarrage intempestifs et de performance des systèmes Windows 7, 8.1 et 10 liés à l’installation du correctif Spectre, Microsoft a décidé de le désactiver. Les utilisateurs peuvent choisir une désactivation manuelle en passant par des changements de paramètres au niveau du registre.

Depuis la révélation le 3 janvier dernier de l’existence des vulnérabilités Spectre et Meltdown affectant les processeurs Intel (mais également ceux d’AMD et ARM) chaque jour qui passe (ou presque) amène son lot de nouvelles qui ont de quoi déboussoler les utilisateurs et les administrateurs systèmes.

Après la publication des premiers correctifs Spectre, on apprenait ainsi que Microsoft avait fait état d’une baisse significative de performance pour certains PC Windows.

Une situation confirmée par Intel quelques jours plus tard qui a fait savoir de son côté que les correctifs apportés pouvaient provoquer des redémarrages intempestifs. Le fondeur américain a pris la décision il y a une semaine d’arrêter l’installation du patch Spectre et, fort logiquement, Microsoft revient sur ses pas en venant d’annoncer ce week-end la désactivation du correctif fauteur de troubles.

25 Décembre 2017 – La reconnaissance faciale, une si bonne avancée ??

La reconnaissance faciale comme moyen de débloquer des appareils. Les nouveaux smartphones intègrent cette technologie. Bien qu’elle soit moins utilisée sur Windows 10, cette fonctionnalité s’appelle Windows Hello et permet de se passer du traditionnel mot de passe pour ouvrir une session.

Deux chercheurs en informatique Matthias Deeg et Philipp Buchegger ont démontré comment il leur a été possible d’ouvrir une session avec l’aide d’une simple photo. Cette dernière ne demande pas de gros efforts à être créée, puisqu’il s’agit tout simplement d’une photo imprimée par une imprimante laser avec une définition de 340*340 pixels.

Seul détail, mais peu rassurant pour les utilisateurs de la fonction Windows Hello, la photo doit avoir été prise par une caméra infrarouge et avoir été légèrement modifiée par la suite. Mais pour les deux chercheurs, cette modification est un travail « négligeable » pour un hacker qui aurait l’intention d’accéder à l’ordinateur.

La vulnérabilité serait présente dans toutes les versions de Windows Hello et particulièrement toutes celles jusqu’à la première version de la Fall Creators Update, connues sous le nom de code Build 1703 et 1709. Dans les versions plus récentes, il semblerait que Microsoft ait amélioré le système de reconnaissance faciale.