16 Octobre 2017 – Fin de support et loi enfreinte en Hollande

  • Fin de support pour la première mise à jour Windows 10

Microsoft a livré les derniers correctifs de sécurité pour la version 1511 de Windows 10, désormais officiellement exclue du calendrier de support de l’éditeur. Sortie en novembre 2015, cette version 1511 correspond à la première mise à jour de Windows 10.

Conformément à son modèle Windows-as-a-service, Microsoft a déclaré le 11 Octobre 2017 qu’il supporterait chaque mise à jour de fonctionnalité pendant 18 mois.

Ce système suppose une actualisation régulière, étant donné que l’éditeur livre deux mises à jour de fonctionnalités annuelles, les clients qui refuse la migration tous les six mois peuvent, au plus, ignorer une mise à niveau avant de reprendre le cycle des mises à jour obligatoires.

Au final, le support de la version 1511, en service depuis le 10 novembre 2015, aura duré près de 24 mois. Ce temps de support supplémentaire est lié à l’application par Microsoft de règles inconnus, que l’éditeur a abandonnées.

Cependant, Microsoft ne mettra jamais fin au support d’une version, tant qu’il ne se sera pas écoulé six mois depuis la mise à jour la plus récente. Cette règle s’applique depuis que Microsoft a fixé un intervalle de six mois entre chaque mise à jour.

  • Windows 10 : Microsoft enfreint la loi sur la confidentialité en Hollande

La Dutch Data Protection Authority, équivalente de la Cnil aux Pays-Bas, a conclu après enquête visant Windows 10 Home et Pro, que Microsoft avait enfreint la loi sur la protection des données personnelles. La société a indiqué souhaiter se mettre en conformité pour éviter une sanction.

La polémique sur la collecte des données d’utilisateurs de systèmes Windows 10 rebondit. Alors que Microsoft avait pris les devants en avril dernier pour répondre aux critiques sur la façon dont Windows 10 récoltait des informations personnelles d’utilisation par le biais des paramètres de télémétrie, la société est confrontée au verdict de la Cnil néerlandaise.

Les accusations de ce dernier ne sont clairement pas en faveur de Windows:  la DPA (Dutch Data Protection Authority) vient de conclure que la firme de Redmond avait enfreint la loi sur la protection des données personnelles après enquête portant sur les systèmes d’exploitation Windows 10 Home et Pro.

Les faits sont que Microsoft collecte de façon continue des données de performance technique et utilisateurs, sur la façon dont les applications sont utilisées, aussi bien que le comportement de surf web depuis les terminaux Windows 10 Home et Pro

La toute prochaine version du système d’exploitation Windows 10 de Microsoft, Fall Creators Update dont le lancement est attendu dans les prochains jours, devrai permettre à la société de palier les multiples soucis relatifs à la protection de la vie privée qui avaient entaché depuis le lancement son dernier OS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *